Chères Nancéiennes, chers Nancéiens

L’aventure des élections municipales 2020 se termine. Nous avons travaillé sans relâche pour bâtir un programme solide, réaliste et réalisable, contrairement à nos adversaires, qui pour la plupart se sont contentés de slogans accrocheurs. Nous espérions mobiliser l’électorat qui s’était déjà massivement abstenu en 2014, démotivé par le panorama politique très peu réjouissant. Hélas, non seulement notre programme a été totalement censuré, mais l’épidémie COVID-19 est passée par là et a tué tous nos efforts. Avec un taux d’abstention de 62,90 % au premier tour (32 034 abstenus sur 50 925 inscrits sur les listes électorales), les listes « alternatives » et citoyennes comme la nôtre ont été les plus pénalisées, empêchées d’atteindre le second tour et de porter un vent nouveau dans la politique nancéienne. Le second tour, organisé trois mois et demi après le premier, s’est joué entre blanc bonnet et bonnet blanc, raison pour laquelle nous avions appelé à voter blanc. Les six prochaines années montreront si nous avions raison de critiquer les projets des candidats historiques, qui soit ne seront pas réalisés, soit se transformeront en une catastrophe économique, comme dans le cas du tram sur fer.

Aucune épreuve ne nous a été épargnée pendant les quelques mois de la campagne électorale : boycott de la presse écrite et audiovisuelle (ni France 3 Lorraine ni Lorraine Actu ne nous ont permis de participer à leurs débats afin de présenter et défendre notre programme), affirmations fausses et sans aucun fondement, et bien d’autres encore. Mais, empruntant une célèbre citation de Friedrich W. Nietzsche (« Crépuscule des idoles », 1888), nous affirmons que ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. Fidèles à cette ligne, nous comptons redoubler d’effort pour bâtir un avenir moins sombre pour notre ville. L’alliance que nous avons réussi créer à l’occasion de ces élections sera consolidée et renforcée. Dans les semaines à venir nous dévoileront notre projet pour le futur.