Communiqué de presse (28 avril 2020)

Dimanche 26 avril l'Est Républicain a publié un article, signé par Ghislain UTARD, qui met l’accent sur les difficultés du projet du nouveau tram sur fer voulu et défendu par l’administration actuelle, difficultés exacerbées par le report des élections et surtout par la crise économique majeure à laquelle nous sommes confrontés du fait de l’actuelle épidémie.

Cet article souligne à juste titre que le calendrier du remplacement du tram sur pneu Bombardier, déjà serré avant la crise, devient désormais difficilement tenable et envisage la possibilité d’une prolongation de la circulation de cet engin en fin de vie.

Le tram sur pneu Bombardier n’est désormais plus en mesure d’assurer le transport des nancéiens dans des conditions acceptables de sécurité, comme le montre le rapport d’analyse des dégradations. Prolonger le service de cet hybride mal conçu équivaut à un acharnement thérapeutique qui n’a lieu d’être.

Par ailleurs, comme l'article de l'Est Républicain le souligne, le chantier du nouveau tram sur fer, qui aurait été préjudiciable aux commerces de centre-ville avant la pandémie du COVID-19, sonnerait le glas de nombreux commerces qui, même sans ce chantier, auraient sans doute eu du mal à s’en remettre après des semaines de fermeture forcée.

Aujourd’hui encore plus qu’avant la crise il est impératif d’arrêter une fois pour toutes ce projet démesuré et revenir au bon sens. Le projet alternatif de super-trolleybus, que nous avons présenté aux élections municipales, n’a pas besoin d’un chantier titanesque, il coûte beaucoup moins cher et peut être réalisé avant la fin du service du tram sur pneu Bombardier.

Selon l'article de l'Est Républicain, Monsieur Choserot s’obstine à défendre son projet désormais clairement indéfendable avec des arguments complètement creux. Il parle de « bourrer des gens dans un trolley » alors que le projet super-trolley permet de transporter le même nombre de passagers (moindre capacité de la rame mais double fréquence, ce qui revient à la même capacité totale !) Par ailleurs, le tram sur pneu Bombardier est aujourd’hui bondé à la limite de ses capacités aux heures de pointe : on ne voit vraiment pas comment Monsieur Choserot pourrait sérieusement imaginer d’assurer une distanciation sociale suffisante avec les rames actuelles, dont on ne peut pas augmenter le nombre, le tram sur pneu Bombardier n’étant plus produit depuis des années ! L’objection de Monsieur Choserot nous rappelle un aphorisme de Friedrich Nietzsche : « Bien des gens sont téméraires en ce qui touche la voie une fois prise, peu en ce qui touche le but » (Humain, trop humain, 494).

Le projet de super-trolley est encore plus d’actualité aujourd’hui qu’avant la crise. Nous vous invitons à le consulter. Le projet est détaillé, chiffré, sourcé : il a été largement boycotté lors de la campagne du premier tour des élections municipales. L’enjeu est aujourd’hui encore plus important. Nous invitons tous les candidats aux élections municipales à faire preuve de réalisme. Que les élections soient annulées ou que le second tour soit tenu des mois après le premier, il est encore temps d’abandonner le projet démesuré du tram sur fer en faveur de cette alternative plus adaptée à notre métropole.